Posséder un appartement en copropriété, c’est avoir des droits et des devoirs. L’un de ces devoirs est le paiement des charges courantes et exceptionnelles et le respect de la réglementation en vigueur.

DÉFINITION DES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ

Il s’agit des contributions que doivent verser les copropriétaires pour payer les frais et dépenses nécessaires au fonctionnement d’une copropriété. Elles fonctionnent sur un système de quote-part et se divisent en deux catégories : les charges courantes et les charges exceptionnelles. Les premières sont incluses dans le budget prévisionnel et comprennent les dépenses d’administration (honoraires de syndic, frais de convocation, assurance multirisque immeuble, frais de tenue d’assemblée générale…), les frais de fonctionnement (électricité, contrats d’entretien de chaudière et ascenseur…) et les menues réparations. Les secondes sont soumises au vote et concernent notamment les travaux importants d’entretien, de conservation et d’amélioration (ravalement, remplacement de chaudière), et les diagnostics et études techniques.

COMMENT FAIRE BAISSER LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ ?

Avec une hausse de 15 % en trois ans, les charges de copropriété peuvent représenter une part conséquente du budget logement. La première mesure à prendre pour ne pas payer trop cher est de s’assurer régulièrement que l’immeuble soit bien entretenu. Débourser un peu tout de suite pour faire de la prévention évite de dépenser beaucoup dans quelques mois ou années pour réparer un dégât. Typiquement, refaire l’étanchéité d’un toit coûte moins cher que des travaux une fois que les infiltrations ont eu lieu. Une chaudière bien réglée peut aussi aider à réaliser des économies (jusqu’à 10 %), tout comme une diminution de la température du chauffage collectif.

LE BUDGET PRÉVISIONNEL

Le budget prévisionnel est préparé par le syndic de copropriété en concertation avec le conseil syndical et voté chaque année au cours de l’assemblée générale, six mois avant l’exercice concerné. Il planifie les dépenses courantes de l’immeuble pour l’année à venir. Les provisions, qui représentent la participation des copropriétaires, sont exigibles le premier jour de chaque trimestre ou le premier jour de la période fixée en assemblée générale, selon les cas. Dans le cas où le budget prévisionnel n’a pas pu être voté à temps, le syndic peut alors procéder à un appel de provisions avec l’autorisation de l’assemblée générale.